L’acquisition d’une maison est un gage de sérénité pour un acquéreur. Non seulement un tel projet est un gage d’assurance, mais aussi de sécurité face à un avenir incertain. Mais les avantages peuvent être doublement intéressants si on se tourne vers un achat immobilier en SCI. Focus sur l’intérêt d’acheter une maison en SCI.

Acheter une maison en SCI : une solution d’investissement durable

source image : freepik

SCI est une société civile immobilière. Il s’agit d’une : 

Cela peut vous intéresser : Viager libre : définition, avantages et conditions

  • Entreprise à objet civil.
  • Entreprise qui n’exerce aucune activité commerciale.
  • Société destinée à l’achat et à la gestion d’un ou plusieurs biens immobiliers.

Ainsi, acheter en SCI est une porte ouverte aux diverses opportunités. Tout dépend donc de la forme d’achat que l’on souhaite réaliser en SCI : 

  • Biens immobiliers en famille.
  • Acheter pour louer avec les appartements.
  • Acheter une maison pour y installer sa résidence principale.

Mais ici, on parle d’achat d’une maison pour y habiter. Il faut donc comprendre le fonctionnement d’une SCI avant de se lancer la tête baissée. En principe, pour détenir une résidence principale en SCI, il faut créer une SCI. Et il faut être deux associés pour le faire. 

Sujet a lire : Quand faut-il acheter un bien immobilier ?

Il existe alors plusieurs possibilités pour la création d’une SCI. En tout cas, c’est en créant une SCI que l’on pourra donc acheter une résidence principale dans ce contexte. La SCI réalise un emprunt pour acquérir la maison en question et en devenir propriétaire. 

Acheter une maison en SCI : des avantages multiples pour les associés

Acheter une maison en SCI pour y habiter possède de multiples avantages. Parmi ceux-ci sont : 

  • La dérogation au régime de communauté des biens.
  • Des avantages fiscaux.
  • Une protection du conjoint survivant.

Si un couple marié souhaite créer une SCI pour acheter une maison, il est soumis au régime matrimonial légal relatif à la communauté des biens. Cette loi s’applique uniquement lorsque le couple n’a pas signé de contrat de mariage. La part du bien acheté sera donc « moitié-moitié » chacun. 

Dans le cas d’un associé mort, le conjoint survivant sera protégé. Il n’hérite pas immédiatement la part de l’autre. Pour protéger alors le conjoint survivant, il faut réaliser deux opérations : 

  • Le démembrement de SCI.
  • La constitution d’une SCI.

Enfin, ce type d’association pour l’achat d’une maison en SCI génère aussi des avantages fiscaux : 

  • L’exonération d’impôt sur la plus-value de SCI.
  • L’exonération des droits de mutation en matière de donations de parts sociales.
  • La réduction d’impôt en cas de déficit foncier.

Acheter une maison en SCI facilite aussi la transmission du patrimoine. Avec cette démarche, on paie moins de droits de succession grâce :

  • Au démembrement de la propriété.
  • Aux donations avec abattements.

Acheter une maison en SCI : quelques inconvénients à retenir

Acheter une maison en SCI, ce n’est pas que des avantages à tous les niveaux. Il faut aussi tenir compte des risques et de certains inconvénients. Il s’agit par exemple : 

  • Des formalités trop complexes et fastidieuses.
  • Le respect des règles en SCI : paiement des impôts, assemblée générale, etc.
  • Contrainte au niveau de l’administration fiscale en cas d’abus du déficit foncier.
  • Aucun abattement forfaitaire de 30% obtenu pour le calcul de l’impôt sur la fortune immobilière. 

Ainsi, pour un couple, acheter une maison en SCI cumule de nombreux avantages. C’est une bonne idée lorsqu’on prépare la transmission de son patrimoine. Cependant, il faut se préparer au revers de la médaille, c’est-à-dire à la lourdeur administrative. Mais pour gagner du temps, on peut toujours créer une SCI en ligne. De cette manière, on pourra déléguer les différentes formalités de gestion

Il est important de prendre en compte tous les points négatifs, les contraintes et les avantages d’un achat de maison en SCI en consultant un professionnel en SCI. 

Source image à la une :  Freepik